Get more exposure for your business with the new HTML5 flipbooks. Learn more

Chapitre 1

enrikekun287


Published on November 30, 2014

_ .. c'est pas gentil de ne pas écouté ! - dit-il faisant une mou pas possible- Je soupire et reprend. _ j'avais les écouteurs c'est pas pareils que de ne pas écouté ! Je vis au loin arriver mon cher voisin de tout à l'heure se rapprocher. À bien y penser j'ai cru entendre qu'ils sont jumeau. Celui-ci me regarda un moment avant de se tourner vers sont frère et de lui gueulé dessus sur un quelconque jeux à ce que j'ai compris. Je n'y prêta plus attention, remis mes écouteurs et partis sur le toit du lycée pour plus de tranquillité. Etant donner que le prochain cour était de la physique, j'ai donc séché et je suis resté sur le toit. Au moins personne ne venaient me faire chier. Je me mis alors à rêvasser en regardant le ciel et sans m'en rendre compte je commençais à chanter les paroles de la chanson qui me passais dans les oreilles, une manie chez moi. When I could only see the floor you made my window a door so when they say they don't believe I hope that they see you and me Le temps passa tellement vite. il était déjà l'heure d'aller manger. je rangea mes écouteurs dans mon sac et partit au self. génial des hamburger... je déteste sa ! ils ont tout de même le mérite de mettre tout le temps des frite en accompagnements, c'est déjà sa. Je me posa à une table de quatre plutôt éloigné et entama mon repas. J'était a peine arriver a la moitié que je me suis surpris moi même à regarder en direction de l'entrer où je vis les jumeaux. D'ailleurs j'était pas le seul à regardé, la tête bleu me fis un grand signe de la main, l'autre était plonger sur sa Game boy. Je détourna le regard sans faire attention et continua de manger. Je vis alors le bleu ce rapprocher, malheureusement pour lui j'avais fini, je posa mon plateaux et sortit. Je vis en sortant Castiel qui lui ne se priait pas pour me foudroyer du regard, ce que je ne comprenais toujours pas pourquoi, et que surement je ne comprendrais jamais. Après la pause du midi nous reprenions par sport, ce qui est plutôt chiant sachant que tout le monde avait du se goinfrer de frite et d'un soit- disant bon hamburger. je rentra dans le vestiaire qui paraissait vide et